EasyCash

Gregory Moureau revient sur ses 17 ans de carrière en tant que franchisé Esprit

Grégory Moureau n'avait que 22 ans lorsqu'il a ouvert son premier magasin franchisé Esprit, il en a déjà trois et n'est pas prêt à quitter. Il vit vraiment pour ça, Franchise.be lui a parlé de sa carrière chez Esprit et de l'avenir qu'il envisage actuellement.

Pourquoi un jeune de 22 ans décide-t-il d'ouvrir une franchise avec Esprit?

Cela s'est en fait produit très naturellement. Ma mère a commencé chez Esprit dans les années 80 en tant que représentante pour le Benelux. Au moment où j'ai obtenu mon diplôme au début des années 2000, Esprit était devenu un grand nom et ma mère m'a donné l'idée d'ouvrir ma propre franchise. En 2003, notre première succursale a été ouverte à Ostende.

Ostende a été un succès immédiat et en 2005 nous avons ouvert une succursale à Vilvorde, près de l'endroit où nous vivions à l'époque, et en 2012 Blankenberge a été ajoutée. En attendant, nous avons également changé de local à Ostende, nous sommes maintenant dans l'ancienne salle des fêtes de la ville et je peux dire que c'est vraiment un bel immeuble.

Votre mère connaissait déjà Esprit, était-ce un avantage?

Eh bien en fait oui. Elle savait déjà très bien quels vêtements il fallait vraiment acheter et combien. Nous ajusterons bien sûr cela en fonction des retours. Nous mettrons au rebut certaines choses et d'autres en achèteront davantage lorsque nous remarquerons qu'elles se vendent bien. Mais la base était plus facile grâce à elle.

De plus, nous avons également reçu beaucoup d'aide d'Esprit lui-même, car ils ont un architecte qui conçoit le magasin pour qu'il soit le même partout et ils aident à la conception. De plus, ils s'occupent également du marketing, donc grâce à eux, nous avons en fait beaucoup moins de maux de tête.

Comment se fait-il que vos trois magasins fonctionnent si bien?

Pour le moment, c'est bien sûr un peu moins, mais Esprit a toujours été une marque forte, très fidèle à son ADN. Jusqu'en 2010, la société a été choisie année après année comme la meilleure marque de vêtements, selon un sondage réalisé, entre autres, par "Het Laatste Nieuws". Nous avons eu un impact dû à la concurrence principalement du commerce électronique, mais Esprit investit beaucoup dans le futur et je suis sûr que cela sera payant. Ils ne se sont pas arrêtés pendant la crise Corona et je pense que c'est une force. C'est un géant endormi qui commence lentement à se réveiller.

A LIRE >>> La franchisée Anne Gobert à propos d'Esprit: "J'ai encore le rêve d'ouvrir une deuxième franchise pour que ça montre que je me sens bien chez Esprit"

Je suis également convaincu que les gens choisissent également Esprit pour la qualité. Nous ne voulons pas être un produit jetable. Les gens ne sont pas censés acheter quelque chose cet hiver et ne pas pouvoir le porter parce que la tendance est terminée ou parce que le vêtement s'est déformé. Nous voulons offrir des vêtements solides que les gens apprécieront pendant des années.

Pouvez-vous faire beaucoup vous-même dans le magasin si vous devez en gérer trois?

Oui, je pense que c'est très important. J'ai trois directeurs de magasin qui font également un très bon travail, et je veux donc savoir directement des clients ce qu'ils en pensent. Principalement ce qu'ils pensent du magasin, quels vêtements sont populaires, qu'ils aiment moins. De cette façon, je veux les rendre heureux parce qu'en fin de compte, c'est pour eux que nous le faisons tous.

Je suppose que vous recommanderiez aux candidats franchisés de se lancer dans l'aventure?

Oui certainement. Je le dis, je suis convaincu que l'avenir d'Esprit s'annonce radieux et c'est aussi le moment idéal maintenant pour franchir le pas car de nombreux indépendants sont en difficulté à cause de la crise Corona et il y a donc de bonnes choses à faire.


Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite