Ubiway

Gand abolit le repos dominical pour soutenir les commerces physiques

À l'instar de villes comme Anvers et Hasselt, Gand veut être reconnue comme un centre touristique. En ne devant plus fermer un jour par semaine, les magasins sont plus forts face au commerce électronique, estime la ville.

« Contexte différent »

La question est sur la table depuis quinze ans dans la capitale de la Flandre orientale. Mais juste avant l'été , l'échevine du commerce, Sofie Bracke, avait annoncé que Gand allait très probablement demander à être reconnue comme centre touristique. Aujourd'hui, elle joint le geste à la parole. La procédure devrait être finalisée en 5 à 6 mois.

Après cela, les magasins de Gand ne seront plus tenus d'observer un jour de fermeture obligatoire. Le conseil communal précédent, emmené par Daniel Termont, n'a jamais voulu toucher au repos dominical. Mais selon Bracke, le contexte est totalement différent aujourd'hui. « Le commerce électronique est omniprésent, les magasins physiques sont sous pression et la crise du coronavirus a tout bouleversé », explique-t-elle dans De Standaard.

L'objectif ne serait cependant pas que les magasins soient désormais ouverts tous les dimanches, bien que cela soit tout à fait possible légalement. La ville veut uniquement promouvoir l'ouverture le premier dimanche du mois et au mois de décembre. Les transports publics seront également gratuits. « Mais Gand ne veut pas être une ville de shopping tous les dimanches, comme les villes balnéaires. Elles ont choisi de se positionner ainsi, pas nous. Nous définissons nos limites », conclut Bracke.


Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite