EasyCash

EssilorLuxottica ne veut plus de la société mère de Pearle

Le fabricant franco-italien de lunettes EssilorLuxottica ne semble plus intéressé par GrandVision, la société mère d’Eyewish et de Pearl. Et le coronavirus n’y est pas étranger.

Hausse des ventes en ligne

L’année dernière, EssilorLuxottica et HAL avaient convenu de racheter la participation majoritaire de l’investisseur dans GrandVision pour quelque 7,3 milliards d’euros. Mais depuis le déclenchement de la crise sanitaire, de plus en plus de signes suggèrent que le groupe franco-italien veut se retirer de l’accord.

EssilorLuxottica a commencé par s’inquiéter ouvertement de la façon dont GrandVision gérait la crise. Les Franco-Italiens ont même exigé un accès aux livres de comptes, ce qui leur a été refusé par la société néerlandaise. L’affaire a été portée devant la justice et en août dernier, le juge des référés a donné gain de cause à GrandVision.

A LIRE >>> La guerre des lunettes: GrandVision et EssilorLuxottica ne veulent plus fusionner

Amende de 400 millions

Selon Bloomberg, EssilorLuxottica envisage désormais de renoncer totalement à la transaction. Le groupe serait notamment préoccupé par l’impact de la crise sur le chiffre d’affaires de GrandVision. Le chiffre d’affaires réalisé dans les magasins physiques s’est effondré ces neuf derniers mois, alors que les revenus en ligne ont augmenté de 40 %. Par conséquent, le tandem franco-italien n’est pas particulièrement enthousiaste à l’idée de reprendre les quelque 7 000 établissements de GrandVision.

Si EssilorLuxottica résilie l’accord, l’entreprise devra verser une amende de 400 millions d’euros à la société d’investissement, rapporte de Volkskrant. Évidemment, il est également possible que les deux parties trouvent un nouvel accord et revoient le prix à la baisse. Aucune des entreprises ne veut réagir pour l’instant, bien que GrandVision affirme toujours soutenir l’accord.


Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite