L`étude du Crioc sur les invendus alimentaires n`a ni queue ni tête

Après une période de silence relatif, le CRIOC a fait un retour fracassant, en s'exprimant dans la presse au sujet de la problématique des invendus alimentaires dans le commerce. Pour ce faire, l'organisation se base sur une poignée d'interviews réalisées il y a un an. « Je ne sais pas ce qui doit le plus m'inquiéter, » affirme Dominique Michel, Administrateur délégué de Comeos. « Le fait que le CRIOC cherche à nouveau à attirer l'attention avec des études de pacotille de ce type, financées par l'argent public, ou que ce centre parvienne toujours à attirer l'attention ».

De nombreuses initiatives ont déjà été prises par Comeos, la fédération du commerce et des services, en collaboration avec ses membres pour réduire le nombre d'invendus. « Il n'est nullement dans l'intérêt des commerçants de rester avec des invendus sur les bras, » poursuit D. Michel. « Toute denrée alimentaire invendue représente une perte économique directe, et nous sommes pleinement conscients du problème éthique que pose la destruction éventuelle de produits alimentaires invendus. C'est pourquoi l'an passé, nous avons pris l'initiative, avec l'ensemble des ministres concernés, l'AFSCA et les Banques alimentaires, d'informer les commerçants concernant les possibilités existant en matière de dons alimentaires et les procédures à suivre pour que ces dons se déroulent de manière sûre et responsable. Cette initiative a débuté alors que le CRIOC était en train de réaliser sa soi-disant étude. Mais il n'en est nullement question dans le rapport, bien entendu ».

2,5 pour cent d'invendus dans les magasins

« Tout le monde s'accorde sur le fait que les invendus dans le commerce ne dépassent pas les 2,5 pour cent, » souligne D. Michel. « Le consommateur est responsable de 25 pour cent de ces invendus. Les commerçants tentent au mieux de limiter les invendus en s'approvisionnant de manière réfléchie et en proposant des produits en vente rapide. Sur l'ensemble des produits qu'ils ne parviennent pas à vendre malgré tout, 62 pour cent sont impropres à la consommation. La plupart de ces produits sont utilisés pour la biométhanisation ».

Une collaboration efficace avec les Banques alimentaires

Chaque année, les membres de Comeos font don de l'équivalent de 2 millions de repas aux Banques alimentaires. « Et grâce à la brochure que nous avons publiée l'an passé, de plus en plus de collaborations sont également nouées au niveau local, entre les gérants de magasin et les organisations caritatives locales, » explique D. Michel.

Aucune concession en matière de sécurité alimentaire

Pourtant, ce type de collaborations n'est pas toujours simple : « Ces organisations reposent sur l'engagement volontaire de bénévoles et il n'est pas facile de concilier ce mode de fonctionnement et les exigences professionnelles d'un supermarché, » souligne D. Michel. « Il convient de s'assurer que les denrées alimentaires invendues soient enlevées à temps, transportées et stockées de manière sûre et distribuées à temps à l'utilisateur final. Nous ne tolèrerons jamais l'existence d'une sécurité alimentaire à deux vitesses : l'une pour ceux qui peuvent se permettre d'acheter des denrées sûres et l'autre pour ceux qui doivent se contenter de denrées mal conservées, et donc potentiellement dangereuses ».

La plaisanterie a assez duré

« Le niveau de l'étude du CRIOC est consternant, » déplore D. Michel. « Comment peut-on reprocher au commerçant d'offrir au consommateur ce qu'il demande ? J'ai déjà lu et entendu beaucoup d'absurdités, mais là on touche le fond. Donc parce que nous voulons offrir au client ce qu'il demande, nous sommes responsables des invendus ? Et ce n'est pas tout, le CRIOC poursuit son raisonnement absurde en s'attaquant aux promotions : notre système de vente rapide serait en partie responsable du gaspillage alimentaire ! Si ce sont là tous les arguments du CRIOC, nous pouvons nous poser de sérieuses questions quant à cet organisme ».

Source : Comeos


Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite