Mobalpa

Les procédures judiciaires accélérées, une arme importante contre la criminalité en magasin

Les vols en magasins coûtent un milliard d'euros par an au secteur. Les coûts pour la sécurisation des magasins et biens, ainsi que les dommages directs provoqués par les vols, entament les marges des commerçants. La prévention des vols devient de plus en plus sophistiquée et coûte aussi de plus en plus cher, mais elle s'avère insuffisante pour dissuader les voleurs.
La prévention ne suffit pas
« Nous savons depuis longtemps que seule, la prévention ne suffit pas », souligne Dominique Michel, Administrateur délégué de Comeos. « Nous constatons dans les supermarchés que les produits les plus protégés, comme les parfums ou les boissons alcoolisées, font un peu moins l'objet de vols. Par contre, la viande chère gagne en popularité auprès des voleurs. La crise n'est pas la seule cause de ce glissement. La vidéosurveillance dissuade, mais n'est d'aucun secours lorsque toute une bande envahit votre magasin avec violence et emporte tout ce dont elle a envie. Nous devons aussi veiller à l'équilibre entre la sécurité et une ambiance de shopping agréable : les agents de sécurité qui patrouillent avec des chiens durant la période de fin d'année exercent un double effet sur les clients ».
Tolérance zéro pour la criminalité en magasins
« Le principale problème est et demeure la quasi-impunité », souligne D. Michel. « Nous nous félicitons dès lors que la Ministre Turtelboom annonce douze chambres de procédure accélérée. Nous estimons qu'actuellement, à peine la moitié des vols constatés font l'objet d'une plainte. Tant les commerçants que la police sont désemparés face à l'impunité des coupables, même lorsqu'ils sont en aveu ».
Les chambres de procédure accélérée (une par arrondissement judiciaire) sont justement créées pour sanctionner les vols en magasins de manière adéquate. « Couplées à d'autres mesures, comme l'élargissement des amendes SAC, ces procédures accélérées, vont, nous en sommes persuadés, avoir un véritable effet dissuasif », ajoute D. Michel.
Communication claire
« Nous continuons à espérer la mise en place d'un Partenariat vols en magasins, une plateforme rassemblant les commerçants, la police, les parquets et l'ensemble des autorités », conclut D. Michel. « En effet, les commerçants doivent savoir clairement à qui ils doivent s'adresser en cas de problèmes et sur quel soutien ils peuvent compter ».
Source : Comeos

Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite