INTO 1

Dossier : Approvisionnement des magasins dans toute la Belgique en heures creuses

Le projet PIEK s'est déroulé dans sept villes flamandes et pour le secteur, ce sont Colruyt et Delhaize qui y ont participé. Ils ont investi dans des camions silencieux, dans du matériel permettant un chargement et déchargement sans nuisances sonores, dans des adaptations des magasins et des formations pour le personnel. Les résultats sont tout simplement formidables : aucune plainte de la part des riverains, gain de temps énorme pour les commerçants, des chauffeurs beaucoup moins stressés et une réduction de la consommation jusqu'à un tiers.
« De plus, la circulation autour de ces magasins situés dans les centres-villes est aussi devenue beaucoup plus sûre », souligne Jan Delfosse, directeur général de Comeos Vlaanderen. « Les camions peuvent arriver et repartir en toute sécurité, ne doivent plus manœuvrer entre les cyclistes et les piétons et ne provoquent plus aucun embouteillage aux heures de pointe du matin et du soir. En nous permettant d'approvisionner nos magasins très tôt le matin ou très tard le soir, tout le monde y gagne ».
élargir l'initiative : plus de villes, de magasins et de régions
Pour Comeos, le temps est maintenant venu d'aller plus loin avec le projet PIEK II. « De nombreux commerçants se montrent en tout cas intéressés par une participation au projet », indique Jan Delfosse. « Demain, nous allons présenter les résultats complets de PIEK à nos membres et nous nous engageons à ce que davantage d'entreprises prennent part à PIEK II ».
Comeos a également pris contact avec les collègues wallon et bruxellois de la ministre Crevits. « Nous avons demandé à Bruno De Lille (Bruxelles) et Philippe Henry (Wallonie) de considérer ces résultats comme acquis et d'ainsi faire l'économie de la première phase de test », explique Jan Delfosse. « Le ministre Henry s'est dit intéressé par le dossier. Et à Bruxelles, les choses évoluent tout à fait dans le bons sens : Bruno De Lille nous invite à discuter avec lui des modalités et de l'impact de PIEK, de sorte que nous puissions les utiliser comme base pour un projet similaire dans la Région de Bruxelles-Capitale. »
« Pour le commerce, une concertation entre les trois Régions est absolument indispensable », poursuit Jan Delfosse. « Une approche intégrale de la mobilité est nécessaire – nous devons éviter que le problème soit mis sur une voie de garage à cause de mesures unilatérales. De plus, dans leur logistique, les chaînes de magasins ne tiennent pas compte des frontières linguistiques : nous devons à tout prix éviter que d'autres mesures soient prises dans les trois régions. Il serait trop ridicule que nos camions doivent s'arrêter à la frontière linguistique par ce que dans une région, ils seraient autorisés à livrer à cinq heures du matin et dans une autre pas. Nous attendons aussi des trois ministres qu'ils valorisent les investissements que nous avons réalisés dans un nouveau mode de transport silencieux – par exemple, lorsqu'ils réexamineront la taxation au kilomètre. Les camions silencieux, économes en énergie coûtent cher et il ne serait pas équitable de leur imposer des charges supplémentaires alors qu'ils contribuent à un désengorgement du trafic ».
Source : Comeos

Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite