INTO 1

Diminution du nombre de vols dans les magasins, mais une approche ferme reste nécessaire (1)

Cette diminution est positive et peut être expliquée par la fin de la crise économique et l'apparition de plus de procédures de comparution immédiate, mais cependant le nombre de vols dans les magasins reste largement au-dessus de celui d'avant la crise économique. Par conséquent, le SNI (Syndicat neutre pour indépendants) continue à plaider pour une politique de poursuite sévère des voleurs et demande que les procédures de comparution immédiate, déjà appliquées par quelques tribunaux, soient étendues dans tous les autres arrondissements judiciaires, et complétées par des amendes pour vols dans les magasins pour des faits ‘moins graves'.
Lors du premier semestre de 2011, le nombre de vols dans les magasins a diminué de 5% par rapport à la même période l'année passée. Quelque 11.700 faits ont été enregistrés par la police fédérale, mais malgré cette décroissance modeste, le nombre de vols reste largement supérieur aux années pré-crise, alors que le nombre de faits se situaient toujours aux alentours de 9.500. Les vols dans les magasins continuent à être un vrai fléau, représentant 2% du chiffre d'affaires des commerces. Pour les commerçants de détail qui ont des marges bénéficiaires réduites cela représente une belle somme.
Le SNI espère en tout cas que cette diminution du nombre de vols dans les magasins sera une tendance permanente. Cette baisse peut, d'un côté, être expliquée par la disparition de la crise économique. En temps de crise, plus de produits sont volés à cause de la diminution du pouvoir d'achat. D'autre part, les procédures de comparution immédiate, appliquées dans de plus en plus d'arrondissements judiciaires, ont un effet dissuasif. Cette procédure de comparution immédiate peut décourager tout ceux qui ont l'intention de voler dans les magasins. En tout cas, les sanctions sont sévères. Les voleurs risquent un emprisonnement de 1 mois à 5 ans et une amende de 143 à 2750 euros.
Pour le SNI il est clair qu'une politique ferme des vols dans les magasins doit devenir la norme partout dans notre pays. C'est pourquoi l'organisation d'entrepreneurs indépendants demande d'étendre la procédure de comparution immédiate dans tous les autres arrondissements judiciaires, complétée par des amendes pour les faits ‘moins graves'. Un voleur qui dérobe avec violence ou qui s'en prend à des produits chers devra alors passer devant le tribunal des comparutions immédiates, tandis que les ‘petits' voleurs qui n'utilisent pas de violence payeront une amende, qui peut être majorée en proportion de la valeur du produit dérobé. Une telle approche diminue la charge des parquets, car elle réserve la procédure de comparution immédiate pour les faits graves, tout en sanctionnant chaque voleur.
Cette politique répressive incitera plus de commerçants à déclarer les vols dans les magasins. D'une étude récente du SNI, il ressort que 37% des commerçants ne font jamais de déclaration quand ils sont confrontés à un vol, puisqu'ils sont convaincus que l'on ne fait rien contre cette forme de criminalité. Ils plaident, tout comme le fait le SNI, pour des poursuites judiciaires plus efficaces avec des sanctions sévères pour les voleurs.
Source : SNI

Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite