Joyn - 18/01/21-18/04/21

Des idées pour relancer le commerce de proximité

L`UCM a rédigé un mémorandum global, au nom des indépendants et PME francophones, en vue des prochaines élections. Elle s`est penchée plus spécifiquement sur la situation du commerce de proximité, qui représente 50 % des emplois dans le secteur de la distribution. Il n`est pas au mieux de sa forme : diminution de 17 % du nombre de commerçants indépendants au cours des cinq dernières années. Plus d`un magasin sur dix (13,5 %), voire un sur cinq dans certaines agglomérations, est inoccupé. Et quatre commerçants sur dix (41,3%) se sentent menacés ou en péril.

Pourtant, le secteur reste dynamique et innovant. Près d`un commerçant sur trois (28,5 %) compte développer son affaire, alors que 7,3 % seulement envisagent de mettre fin à leur activité. Il est donc nécessaire, pour l`emploi et la diversité de l`offre commerciale, mais aussi pour des raisons de mobilité et de vitalité des zones urbaines, de soutenir les commerçants indépendants dans leurs efforts pour saisir les nouvelles opportunités, de leur garantir un cadre propice au déploiement de leur activité.

Pour éclairer les décisions des futurs gouvernements, l`UCM avance 44 recommandations dans un mémorandum sur le commerce de proximité. Certaines d`entre elles sont des "incontournables", qui concernent toutes les PME, comme la nécessaire réduction du coût du travail et de la fiscalité. D`autres abordent des problèmes spécifiques aux commerçants indépendants. Voici cinq pistes d`actions attendues par l`UCM.

  • Taxation. Modérer les taxes sur les commerces et surtout les moduler pour tenir compte des réalités. Les commerçants victimes de nuisances (accessibilité, insécurité, travaux...) devraient être exonérés. La taxation immobilière des commerces devrait être utilisée comme un outil pour préserver la vitalité des noyaux menacés.
  • Accessibilité. La politique du parking dans les villes et les agglomérations est trop rarement pensée en fonction du commerce. Les magasins doivent être accessibles à un coût minimum pour les clients. Il faut aussi, en cas de travaux, mieux informer, tout faire pour réduire les nuisances et améliorer les indemnités prévues pour compenser le manque à gagner.
  • Paiement. Il faut réduire le coût des paiements électroniques, en particulier pour les commerçants de proximité et pour les petits montants. La déductibilité fiscale des terminaux doit être alignée sur les investissements de sécurité.
  • Sécurité. Il faut renforcer la surveillance des zones commerciales, en particulier en période de soldes, et mettre en place un système d`amende administrative ou de transaction pénale, sur le mode des infractions de roulage, contre le vol à l`étalage.
  • Professionnalisation. Il est juste d`étendre au commerce de détail l`ensemble des programmes de soutien aux entrepreneurs et de renforcer la formation des commerçants aux nouvelles technologies (présence web, e-commerce, réseaux sociaux, gestion de fichiers…).
Source : UCM

Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite