Joyn - 18/01/21-18/04/21

Comeos : Le commerce touché de plein fouet par les nouvelles règles applicables aux transports de fonds

Un nouveau règlement, établi par le Ministre de l'Intérieur, impose des règles plus strictes aux transports de fonds. En vue de renforcer la lutte contre la fraude fiscale, les transporteurs de fonds doivent contrôler l'identité du bénéficiaire et le client doit remplir des questionnaires supplémentaires.

« Pour les commerces de grande taille, qui n'ont quasiment d'autre choix que de faire appel à des transporteurs de fonds, ces mesures vont encore accroître les coûts à supporter », souligne Dominique Michel, Administrateur délégué de Comeos, la fédération du commerce et des services. « Une nouvelle charge administrative nous est imposée et les transporteurs vont répercuter sur nous le coût des embauches supplémentaires. Nous sommes bien entendu favorables à une approche rigoureuse de la fraude fiscale, mais en procédant de la sorte, le gouvernement jette l'enfant avec l'eau du bain. En effet, comme souvent, c'est le client qui sera le dindon de la farce, car c'est lui qui paie au final les conséquences de cette réglementite aigüe. Le commerçant qui ne souhaitera pas répercuter le coût sur le client se passera tout simplement des services des transporteurs de fonds, ce qui n'est pas vraiment indiqué pour des raisons évidentes de sécurité ».

Aucune concertation

Cela fait longtemps que Comeos demande à être impliquée dans l'évaluation des transports de fonds avec toutes les parties concernées. « Notons d'abord que la concurrence est quasiment inexistante sur ce marché puisqu'il n'existe qu'un seul acteur dominant », fait remarquer Dominique Michel. « La réglementation excessive relative aux systèmes de destruction des billets, au nombre obligatoire d'agents de sécurité et au port d'armes empêche l'arrivée de nouveaux concurrents sur le marché. Et cela pousse naturellement les prix à la hausse. En cas de grèves, cette absence de concurrence compromet en outre la sécurité ».

Mais Comeos remet également la réglementation même en question. « Faire appel aux transports de fonds est tout simplement trop complexe et trop coûteux », dénonce D. Michel. « Nous avons déjà soumis cette problématique à maintes reprises au ministère de l'Intérieur. Sans succès, bien au contraire. à notre grande stupéfaction, nous constatons aujourd'hui que le recours aux transports de fonds est rendu encore plus complexe et plus coûteux – sans que nous ayons été consultés. Une façon bien étrange de gérer la chose publique ».

Source : Comeos


Répondez


250 enseignes

Match

Sélection appropriée

Personnel

Contact direct

Gratuite