News

Interview : Carrefour Franchisé réalise trois remodelages en quatre ans

Interview : Carrefour Franchisé réalise trois remodelages en quatre ans

Si quelqu’un s’y connaît en matière de restyling et de remodelage de supermarchés, c’est bien Frederic Van Landeghem. Nous avons demandé à ce spécialiste en la matière d’éclairer notre lanterne.

Pas d’agrandissement

Frederic Van Landeghem a fait ses armes en tant qu’indépendant dans la chocolaterie qu’il a exploitée pendant cinq ans après avoir obtenu son diplôme d’hôtellerie. Il y a cinq ans, il a sauté le pas en prenant les rênes d’un supermarché. Il a rejoint le réseau de Carrefour et, au bout de deux ans, a même repris deux magasins Market : à Erpe-Mere et un an plus tard à Nazareth. Nous avons toutefois rendez-vous à Desselgem, dans son troisième magasin !

Les choses vont bon train pour Frederic Van Landeghem. « À la reprise du magasin d’Erpe-Mere il y a un peu moins de quatre ans, j’y ai immédiatement fait des travaux. J’en ai pris les commandes en juin 2014 et en septembre, il a rouvert ses portes avec un nouveau look & feel. Un an plus tard, j’ai procédé exactement de la même façon à Nazareth : une rénovation rapide et une ouverture immédiatement après ; c’était en novembre 2015. » La surface de vente du magasin Market d’Erpe-Mere est restée inchangée après les travaux : 950 m². Le magasin de Nazareth a lui aussi conservé sa superficie d’origine : 850 m². L’entrepreneur n’a donc pas choisi la voie de l’expansion, à Desselgem non plus d’ailleurs : 1 050 m² avant et après les travaux. « Mon objectif n’est pas de créer plus de surface, mais d’augmenter l’efficacité et la satisfaction client. Et puis, il ne faut pas non plus oublier le plaisir des yeux, n’est-ce pas », plaisante Frederic.

Le remodeling à Nazareth est le plus radical à ce jour. « Nous avons par exemple déplacé l’entrée », indique Frederic. Mais sa plus grande fierté reste la rénovation réalisée à Desselgem : « Je trouve personnellement que c’est la plus belle métamorphose. » Le Carrefour Market de Desselgem est entré en sa possession le 1er juillet 2017 et le magasin rénové a ouvert ses portes le 13 septembre. Frederic n’est visiblement pas le genre d’homme à laisser traîner les choses…

 

 

Investissements mûrement réfléchis

Certes, la rénovation se déroule plutôt rapidement… mais deux à trois mois, n’est-ce pas quand même un peu long pour le client ? « Tout est compris dans cette période de deux mois », précise Frederic. « Le laps de temps durant lequel les clients sont vraiment dérangés par les travaux est limité à tout au plus trois semaines. » À Desselgem, un espace de restauration a été aménagé près des caisses, où les clients peuvent consommer les boissons et aliments qu’ils ont achetés. L’aménagement de ce petit bijou a demandé un peu plus de temps.

« Dans les trois magasins, il était nécessaire d’intervenir rapidement », continue Frederic. « Les points de vente d’Erpe-Mere et de Nazareth étaient très défraîchis. Ils avaient vraiment besoin d’être rénovés. Si vous voulez en plus attirer une nouvelle clientèle, un magasin moderne est un must. Le chiffre d’affaires de chaque magasin a considérablement augmenté après le restyling, ce qui est aussi certainement dû aux nouvelles heures d’ouverture et à la boucherie fraîche. »

Comment Frederic a-t-il réussi ce tour de force en si peu de temps ? « À Erpe-Mere, le succès a tout de suite été au rendez-vous ! L’augmentation a été très probante et tant Carrefour, qui ne manque pas d’expérience en la matière, que moi-même et la banque, dont le soutien est indispensable, étions convaincus des chances de succès… » Frederic s’intéresse de près aux bilans et aux comptes justes : il n’est pas homme à se précipiter et opte pour des investissements mûrement réfléchis.

La boucherie fraîche comme fer de lance

Frederic revient brièvement sur le rôle déterminant que joue la boucherie fraîche. « La réintroduction de ce rayon est un élément clé du succès, j’en suis convaincu. Lorsque Carrefour exploitait les magasins en gestion propre, l’enseigne avait supprimé le comptoir de boucherie pour des raisons de simplicité, mais j’ai tout de suite décidé de le réinstaurer car il présente à nos yeux une importante valeur ajoutée. »

La boucherie et le rayon traiteur proposant une large variété de plats préparés forment le cœur du magasin. « La consommation de viande diminue, c’est vrai, reconnaît Frederic, mais grâce à nos autres produits, comme les salades et autres, notre chiffre d’affaires se maintient. Nous vendons plusieurs dizaines de plats préparés par jour. Et même si le métier de boucher souffre de pénurie, je parviens à trouver des collaborateurs qualifiés. »

À Nazareth, la boucherie fraîche maintenait le magasin à flot, mais elle avait urgemment besoin d’une remise à neuf. « Nous avons aussi parallèlement introduit le libre-service, ajoute Frederic, un choix risqué étant donné l’adaptation que cela demande de la part du client. Mais nous avons réussi la transition grâce à une communication ouverte et à notre accessibilité. Notre chiffre d’affaires n’a pas diminué, bien au contraire ! »

Espace de restauration

Le stress inhérent à un remodelage fait partie du jeu, estime Frederic Van Landeghem. « À vrai dire, j’aimerais bien encore procéder à certains changements ! J’ai constamment envie d’améliorer et d’optimiser mes magasins. C’est un luxe d’être entouré de gens compétents, sur lesquels vous pouvez compter pour aller de l’avant. La plupart sont restés en poste après la reprise. Je dois dire que j’investis beaucoup dans l’esprit d’équipe : nous organisons de chouettes activités, et puis il y a les évaluations, les formations, etc. »

L’importance accordée par Frederic au fait que tout le monde se sente bien se reflète notamment dans l’espace de restauration aménagé à Desselgem, où les clients peuvent consommer des sandwichs garnis et des soupes bien chaudes. « Nous sommes très accessibles et échangeons volontiers des idées avec les clients. L’intégration d’éléments horeca est quoi qu’il en soit une tendance dans le retail. Nous figurons parmi les premiers au sein du groupe Carrefour à jouer cette carte à Desselgem. »

Cela n’empiète-t-il pas sur la surface de vente ? « La décision d’aménager un espace de restauration a été facilitée par le fait que le magasin était juste un peu trop grand pour le chiffre d’affaires que nous pouvons y réaliser. Nous avons donc sacrifié ces quelques mètres de linéaires sans regret. Quant à savoir si l’initiative est rentable, il est encore trop tôt pour le dire. C’est le tout début et la formule doit trouver sa vitesse de croisière. Mais de nombreux clients ont déjà eu recours à ce service. »

Conseils d’expert

  • Limitez autant que possible les nuisances pour vos clients.
  • Planifiez de préférence la réalisation des saignées très tôt le matin ou la nuit.
  • Assurez-vous que la cabine électrique est suffisamment puissante pour ‘tirer’ votre nouvelle installation.
  • Planifiez les travaux à un moment calme ; en aucun cas lors des périodes de forte activité comme la fin de l’année.
  • Surveillez le budget de près, contrôlez les factures et rattachez-les aux devis.
  • Ne travaillez pas seul : entourez-vous d’une équipe de planificateurs et de spécialistes.
  • Le total soutien de votre franchiseur est crucial ; sur ce plan, vous pouvez faire confiance à Carrefour.
  • Conservez votre calme en toutes circonstances. Ne paniquez pas et relativisez : une certaine pagaille est inévitable !

 

Source : Retail Detail

Voulez-vous aussi votre logo sur notre site et recruter on-line? Contactez nous!